Rien n’s’ra plus jamais comme avant ?

Partout dans le diocèse on s’active. Là on prépare de premières communions, là des professions de foi, des confirmations… Chacun fait de son mieux pour ré- pondre, dans cette situation inédite, aux différentes attentes. À cette fin, on invente de nouvelles manières de faire, on crée de nouveaux outils.

LA CATÉCHÈSE EN DÉCONFINEMENT

Chacun a conscience qu’il faut bel et bien innover… Le pape doit être content, lui qui nous invite à être « audacieux et créatifs » pour mener notre activité pastorale aujourd’hui… (La joie de l’Évangile, 33). Même si quelques lassitudes s’expriment çà et là, cet enthousiasme est beau à voir !

Quel avenir ?

Pourtant dans la tête d’un certain nombre de pasteurs, de catéchistes monte une question, celle de l’avenir, celle de l’après. Dans les discussions, des tendances se font jour : les uns attendent la fin de la pandémie comme une parenthèse qui se refermera quand on pourra tout reprendre comme avant; d’autres pressentent que les changements opérés sont appelés à se pérenniser et entrevoient dès lors l’opportunité d’une profonde reconversion de nos modèles d’annoncer l’Évangile et de faire catéchèse.

Ainsi, à titre d’exemple, durant le temps de confinement, on a proposé de nombreuses pistes pour favoriser les célébrations et les catéchèses familiales. N’y a-t-il pas là une voie nouvelle à promouvoir, indépendamment de la durée de la crise Covid? Retrouver la famille comme terreau premier de l’éveil à la foi, donner aux parents les outils pour vivre cela au mieux, n’est-ce pas en fait une dimension décisive de la catéchèse que l’on a négligée et que les circonstances nous poussent à retravailler ?

Autre exemple : dans de nombreuses paroisses, pour l’Entrée en communion, on propose aux parents de vivre les choses autrement. Dans le cadre d’une messe dominicale, sans trop de flonflons, un ou quelques enfant(s) ont part pour la première fois au repas du Seigneur. N’est-ce pas là aussi une façon de mettre en place progressivement une autre pratique qui aiderait à recentrer la première communion sur l’essentiel souvent perdu de vue ? Cet acquis gagnerait à perdurer !

Continuité et changement

Beaucoup se demandent aussi si l’élan de « La Catéchèse renouvelée » lancé au printemps 2018 n’est pas déjà à bout de souffle et si le projet n’est pas bon à mettre aux oubliettes !  Si quelques pistes d’action concrètes doivent sans doute être relookées en fonction des évolutions et des circonstances, les grandes intuitions qui animent le document et sous-tendent le renouvellement proposé ne sont en rien obsolètes! La priorité à l’éveil à la foi, la place à faire aux adultes, la perspective d’une catéchèse continue, la conception d’une catéchèse plus expérientielle que dogmatique restent des valeurs sûres et porteuses d’avenir ! Et s’il est vrai que la dimension communautaire de la catéchèse est quelque peu mise à mal en ces temps de confinement relatif, l’objectif ne peut être abandonné. Si l’on ne peut organiser des « catéchèses communautaires » telles que nous le souhaiterions, on peut là aussi faire preuve d’imagination pour que cet aspect déterminant des choses soit honoré malgré tout. Sur ce point au moins, je le concède, il faudra attendre des jours meilleurs pour retrouver la joie d’un rassemblement où la communauté tout entière savoure les fruits goûteux de l’Évangile.

D’ici là, bonne rentrée catéchétique et paroissiale, au souffle de l’Esprit qui fait toutes choses nouvelles.

✐ Olivier WINDELS, vicaire épiscopal