Chers paroissiens,

En ce 1er mai, je vous souhaite une bonne fête et un mois de Marie ouvert sur la promesse de l’Esprit-Saint. Je vous invite à créer dans vos maisons et jardins un lieu pour célébrer la beauté de Marie.

Si dans la tradition, le mois de mai est le mois de l’amour, dans la tradition chrétienne, c’est le mois de Marie. Quand j’étais jeune, nous aimions fleurir l’image de la Vierge Marie en mai. Ça sentait bon et les hymnes mariaux ont touché le cœur. En Marie, nous ne chantons pas seulement la femme qui a dit oui à la parole de l’ange il y a 2000 ans. En elle, nous chantons ce que nous sommes devenus par son Fils, Jésus-Christ. Marie est souvent représentée dans les peintures gothiques comme la Madone, la belle femme. Ainsi, en Marie, nous célébrons notre propre beauté intérieure.

Savez-vous que le philosophe grec Platon associait la beauté à l’amour ? La belle personne évoque l’amour en nous. Et l’amour nous fait voir la beauté de l’humain. Si je me regarde avec amour, alors je suis une belle personne. Lorsque je regarde l’autre avec amour, je reconnais sa beauté en lui. Je me sens être une laide personne, que lorsque je me déteste. Et l’autre personne me paraît laide quand je la déteste.

La beauté est de l’ordre du mystère. Je ne peux pas posséder le beau, je dois le ménager. Le mois de mai nous invite donc à percevoir la beauté qui nous entoure, celle de la nature et à en prendre soin. Mais, nous sommes également invités à prendre soin de notre propre beauté intérieure. La beauté que nous percevons dans la nature, ou dans l’art, ou dans une personne nous met, selon Platon, en relation avec le bel archétype que Dieu a mis dans l’être de chaque être humain. Cette beauté nous rend entiers et sains. « La beauté sauvera le monde »…disait Dostoïevski.

Je vous souhaite donc qu’en recherchant le beau, la beauté des images de Marie, et en quête de votre propre beauté, vous vous sentiez connecté à toutes les personnes qui, comme vous, regardent la beauté. Parce que la beauté nous appartient à tous ensemble, elle possède le pouvoir de nous unir les uns aux autres. Je vous souhaite donc un beau mois de mai, que la beauté vous guérisse et vous remplisse de joie.

C’est cependant aux rappeurs qu’on donnera le dernier mot, avec le verlan de « mai », un bien doux Sésame : « aim ». Quel radical impératif prometteur !