Homélies du dimanche

Méditation du 1er Dimanche de l’Avent A : Évangile selon Saint Matthieu 24, 37-44
Méditation du 2e dimanche de l’Avent A : évangile selon Saint-Matthieu 3, 1-12 
Méditation du 3e dimanche de l’Avent A : évangile selon saint-Matthieu, 3, 1-12
Méditation du 4 Avent A : évangile selon Saint-Matthieu 1, 18-24
Noël 2022 : évangile selon saint Luc 2, 1-20 ;
1er janvier 2023
Méditation Épiphanie du Seigneur : évangile selon Saint-Matthieu 2, 1-2
Baptême du Seigneur A : évangile selon saint Matthieu 3, 13-1
Méditation du 2e dimanche A : évangile selon Saint-Jean 1, 29-34
Homélie du 3ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année A – Dimanche 22.01.2023
Méditation du 5e dimanche A : évangile selon Saint Matthieu 5, 13-16
Homélie du 6ème dimanche du Temps Ordinaire – Année A
Méditation du 7e dimanche A : évangile selon Saint-Matthieu 5, 38-48
Homélie du 2ème Dimanche du Carême – Année A – 05.03.2023
Méditation du 3e dimanche de Carême A : évangile selon Saint-Jean Jn 4, 5-42
Méditation du 4e dimanche Laetare : évangile selon Saint-Jean 9, 1-41
Médiation du 5e Dim. de carême A : évangile selon Saint-Jean 11, 1-45

Haut de Page

Médiation du 5e Dim. de carême A : évangile selon Saint-Jean 11, 1-45
 
« L’Amour est plus fort que la mort ! »
En ce 5e dimanche de Carême, nous proclamons l’évangile de la résurrection de Lazare qui nous indique et nous révèle déjà la résurrection de Jésus lui-même. Lazare, le frère de Marie et de Marthe est mort. Jésus est l’ami de chacun des trois. Et pourtant, il y a ce dialogue étrange entre Marthe et Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort ». Jésus lui répond : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ». Cela ne dit rien d’autre que celui qui reçoit Jésus en lui ne saurait pas mourir ! Le corps peut mourir, mais lui, en tant que personne, ne mourra jamais, car avec Jésus, il ressuscitera à la Vie éternelle.
Ensuite, Jésus se rend au tombeau, Il pleure, ses entrailles s’émeuvent. L’émotion est forte, Jésus ressent la douleur et la souffrance des deux amies, Marie et Marthe et le chagrin a bien le droit de cité… Enfin, il appelle Lazare : « Viens dehors ! »
Autour de nous des gens bougent et s’agitent, mais ils sont comme mort et sans vitalités. Ils vivent cachés derrière la pierre, parce que leur vie est bloquée. Ils ont honte et peur. Ils sont coupés de la vie et dans un état de décomposition intérieur qui sent déjà… La Parole de Jésus, le cri de Dieu vient déverrouiller la tombe où était enfermé Lazare. Il redonne vie à l’état de décomposition dans lequel Lazare se trouvait déjà, et lui rend l’accès à sa vie.
Un miracle que nous n’arriverons jamais vraiment à comprendre, sinon dans la force de l’image qu’il reflète de notre propre réalité spirituelle. Souvent, nous ne sommes pas encore morts, comme l’était Lazare. Mais nous sommes bloqués, derrière une pierre, coupé de nous-mêmes et des autres. C’est déjà connaître un état de décomposition intérieure. La venue de Jésus et sa parole veulent nous tirer au-dehors et nous relever, par un déverrouillage des liens de la mort qui nous retiennent esclaves, atones, captifs ou apeurés. Que nous puissions, comme Lazare, sortir, marcher et retrouver des relations saines avec les autres.
Nous sommes appelées à attester de la véracité du message du Christ. Ainsi, l’évangile de ce jour le proclame : « Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais ; Crois-tu cela ? »
Alors, les apparences disparaissent grâce à l’expérience en nous du Christ Vivant. Nous sommes promis à la Vie éternelle. Elle surpassera la mort, parce que l’Amour est plus fort de la mort ! Saint Paul, dans sa lettre aux Romains (8, 8-11) redits que le Christ est en nous, puisque l’Esprit de Dieu habite en nous.
Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Méditation du 4e dimanche Laetare : évangile selon Saint-Jean 9, 1-41

« Voir, ne pas voir, croire. Qui voit, qui est aveugle ? » Aujourd’hui, nous proclamons le récit de la guérison de l’aveugle de naissance. « Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents pour qu’il soit né aveugle ? », demandent les disciples à Jésus, à la sortie du Temple. Jésus répond : « Ni lui, ni ses parents n’ont péché. Mais c’était pour que les œuvres de Dieu se manifestent en lui… »  Jésus sort du cercle infernal de l’accusation, et de la recherche de la cause première. Les pharisiens ont des comportements ésotériques et accusateurs. Ils renferment et culpabilisent l’aveugle : « Tu inventes ta propre maladie… » Nos réseaux sociaux ainsi que nos contemporains ont adopté sans modération ce mode de fonctionner pour nourrir une autosuffisance insolente.

Jésus colle au réel de la situation. Il invite les disciples à rencontrer le vécu de l’aveugle de naissance. Quelle perception ont-ils de la situation de la gravité du moment ?

En crachant sa salive sur le sol pour en faire de la boue, puis en appliquant cette boue sur ses yeux, Jésus dit de quel aveuglement souffre l’Homme. Certaines personnes sont aveugles, parce qu’elles ne veulent pas se regarder en face. La réalité leur reste une terre étrangère et cachée. Ainsi, il n’est pas faux de penser que l’aveugle de naissance n’a jamais fait l’expérience de pouvoir voir sa réalité intérieure. Jésus l’invite à regarder cette boue appliquée sur ses yeux, cet humus qui est une invitation à la conversion. Il l’invite à l’humilité, pour enfin voir sa propre existence. Jésus lui rend sa vie ; l’homme se convertit et passe dans l’illumination de son existence.

Ensuite, Jésus l’envoie se laver à la fontaine de Siloë sur le chemin qui reliait la fontaine au Temple de Jérusalem. Chemin très utilisé par les pèlerins qui venaient à Jérusalem à l’occasion des grandes fêtes juives. Ces pèlerins allaient également se purifier dans les eaux du Shiloah, au pied de la montagne de Sion, puis ils montaient au temple pour offrir leurs sacrifices.

La rencontre avec Jésus qui nous purifie et nous nettoie de l’aveuglement intérieur nous invite à nous laver dans l’eau du baptême. Notre rencontre avec Jésus nous illumine. Nous pouvons alors tout voir de nous-mêmes, et en nous-mêmes. Ce bain de la purification ne signifie pas que tout est effacé, ou oublié. Bien plus, il exprime que dans la lumière de Jésus, nous pouvons accepter ce qui est en nous, de notre histoire passée et de nos expériences présentes sans aucun jugement, ni déni, ni condamnation.

Recouvrer la vue devient une renaissance dans la Foi. Alors, croire devient l’expérience, qu’il n’y a rien en nous, que Dieu ne puisse, inconditionnellement, sauver et guérir.

N’est-ce pas le sens de notre Joie et de notre Pâques ?  En marche, avec les catéchumènes, avec les pères autour des abbayes, j’existe et je m’accepte dans mon image originale, celle de Dieu en moi. Ma Pâque devient la joie du réveil de ma conscience d’être fils/fille du Père. Ainsi, l’appel du Père illuminant mes ténèbres intérieures me donne de renaître à la Vie, lorsque Jésus me touche les yeux.

Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Méditation du 3e dimanche de Carême A : évangile selon Saint-Jean Jn 4, 5-42 ; « L’or bleu, une richesse inestimable en toi ! »

Ce dimanche, le thème des lectures est la soif d’une eau qui apaise notre soif, pas seulement la soif extérieure, mais la soif d’amour, de vitalité, de la sensation d’exister vivant. À Massa, alos que les Israélites récriminaient contre Dieu et souffraient de la soif dans le désert, Dieu donne l’ordre à Moïse de frapper le rocher avec son bâton. Il en sortira alors un abondant flot d’eau.

C’est une image pour nous. Ne sommes-nous pas souvent aussi endurcis que ce rocher dont on n’attend pas d’eau ? Cette histoire veut nous donner du courage pour travailler à tout ce qui est endurci en nous. Elle veut nous donner l’espoir d’assouplir notre dureté. Ainsi, en ce temps de Carême, nous accueillons une source d’eau vive venue de nous-même, un jaillissement inestimable d’où nous pouvons étancher notre soif d’amour, mais d’où jaillit aussi suffisamment d’amour pour les personnes que nous rencontrons.

L’histoire de la Samaritaine, avec laquelle Jésus s’entretient au puits de Jacob, reprend le thème de l’eau. Jésus est cette eau vive qui apaise notre soif pour toujours. Et cette eau deviendra en nous une source nouvelle qui jamais ne s’assèchera. Par cette source, Jésus entend la source du Saint-Esprit.

Cela peut paraître un peu abstrait pour certains. Mais cette idée vient réconforter ma vie : il y a en moi une source divine du Saint-Esprit. Plus besoin d’aller puiser et recharger continuellement mes batteries chez des autres !  Par exemple, lorsque je suis confronté à un travail épuisant ou que j’ai trop de stress, à tout moment, je peux revenir puiser à ma source intérieure. Je peux vaincre la peur que le travail me submergera. Je peux facilement imaginer que tout ce que je fais et dis coulent de cette source intérieure. Toutefois, je ne peux puiser à cette source intérieure qu’à la condition de lâcher mon ego, mon ambition personnelle et que je deviens perméable à l’eau du Saint-Esprit. Chaque fois que je prends de la distance par rapport à mon ego, mon travail acquiert une autre qualité. Il perd son caractère dur et astreignant. Il s’écoule simplement et devient plus léger. Aussi, le rayonnement de mon travail est différent. Mon entourage ressent la dureté de quelqu’un qui travaille à partir de son ego et de son ambition personnelle. Cette dureté dans son travail met les gens autour de lui sous pression. Ou alors, ils sont contaminés par son agitation. Un travail qui émane de la source intérieure éveille chez les autres personnes l’envie et le plaisir de travailler elles aussi. Autre exemple, lorsque j’écoute une conférence et que je sens que l’autre ne veut que présenter son ego, cela me laisse un goût désagréable. Mais si quelqu’un parle de manière à ce que son ego soit perméable à quelque chose qui émane de sa source intérieure, cela fait du bien aux gens. Ils sont alors touchés par ses paroles.

Je vous souhaite d’aller au contact de votre source intérieure, celle de l’Esprit Saint. Qu’elle vous rafraîchisse, vous vivifie, vous renforce et étanche votre soif d’un amour qui ne peut plus tarir, mais qui coulant dans le sens de la vie, vient irriguer toute votre existence. Et je vous souhaite de ne jamais vous épuiser parce que vous puisez à une source qui est inépuisable, qui est divine.

Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Chers frères et sœurs,

Quel bel itinéraire que nous proposent les lectures de ce Dimanche : Abandon – Mission – Conversion

– Transfiguration – Révélation.

Nous venons à peine de débuter notre période de Carême, cheminement vers Pâques, que déjà, l’Evangile de ce jour, nous permet de toucher au fondement même de notre foi.

Jésus, transfiguré, apparaît à ses Apôtres dans une blancheur écarlate et lumineuse, qui préfigure déjà la Résurrection.

Dans une nuée, elle aussi lumineuse, qui caractérise la présence divine, une voix se fit entendre :

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ; écoutez-le ! ».

Rappelez-vous le mercredi des Cendres, cette parole qu’a prononcée le prêtre ou le diacre au moment de vous imposer les cendres sur le front, en vous marquant du signe de la croix : « Convertissez-vous et croyez à l’Evangile ».

Cette conversion nécessite un abandon et une mise en marche, une démarche personnelle.

Le démarrage du mouvement, nous incombe bien sûr, avec l’aide de l’Esprit Saint, agissant en toute liberté.

Dès le début de la Bible, dans le livre de la Genèse il est question de départ, d’envoi, de mission.

La première lecture que nous avons entendue en est un extrait, et je vous propose ici le premier verset de Gn 12 tiré de la Bible Hébraïque de Chouraqui, plus proche de la traduction originelle ; très évocateur :

« Adonaï dit à Abrâm : Va pour toi, de ta terre, de ton enfantement, de la maison de ton père, vers la terre que je te ferai voir ».

Dieu s’adresse ici à Abraham, père des croyants et l’invite à une mise en marche, au départ de son vécu, de ses origines, à cheminer vers la terre que notre Seigneur lui fera voir.

C’est ce qui nous est demandé, frères et sœurs, durant cette période de Carême.

Nous mettre en marche, d’où nous sommes, vers la terre promise.

Cette terre, qui est celle promise à ceux et celles qui acceptent de participer à ce projet d’amour, pour tous, sans exclusion.

Cette mise en marche ne saurait avoir lieu que si nous acceptons de nous délester de tout ce qui nous encombre, pour ne conserver que ce qui est vital, un monde où je prendrai le temps d’entrer en relation avec tous ceux et celles qui m’entourent, dans une dynamique d’écoute et de partage, d’accueil sans discrimination, avec une priorité pour les plus faibles, les malades, les exclus, les marginalisés.

Jeûner n’est pas avant tout entrer dans une période d’abstinence d’aliments ou de boisons superflus, mais c’est aussi et surtout revisiter ses priorités, ses objectifs de vie, et les orienter en phase avec le message Evangélique.

Pour permettre cette démarche, le temps et une mise à l’écart seront nécessaire.

Nous devrons nous aussi, comme Jésus, quitter les turbulences de nos vies, de nos foules, pour rejoindre un endroit propice au recueillement.

Cette volonté d’entrer à l’écoute de notre vie intérieure, nécessitera de faire des choix, d’opter pour des abandons.

Il nous en coutera, de rompre avec un monde de proximité, de luxe, de spontanéité, de domination, de profit.

L’écoute de sa vie intérieure ne se fait pas dans l’instantané. Il faudra du temps pour percevoir en soi, les battements du Cœur de Dieu.

Il faudra du temps, et cette période de Carême nous y aidera, pour nous permettre de résister à cette blancheur écarlate, à cette Lumière de Pâques que nous allons percevoir.

Ne serons-nous pas aveuglés, nous qui si souvent sommes habitués à la pénombre ?

Le Psaume 32 que nous venons d’entendre encourage celles et ceux qui entament cette volonté de rejoindre ce projet unique d’amour du Père, pour tous. Ils seront délivrés de la mort, ils auront accès à la Vie Eternelle.

Oui, frères et sœurs, l’Evangile de ce jour nous a laissé percevoir, comme un flash, ce que sera notre rencontre Pascale.

La liturgie de ce jour nous invite à garder courage et à témoigner en vérité de Jésus et de son Evangile, précisant aussi que cela n’est pas facile.

Rassurez-vous, nous ne sommes pas seul, l’Esprit est à l’œuvre.

Et puis, ne formons-nous pas équipe, nous les baptisés, ne formons-nous pas une famille immense, nombreuse ?

Certainement, une famille nombreuse, où chacun de nous est frère ou sœur, fils ou fille d’un même Père, irrigués par un même sang, qui abreuve tous ses membres, en un seul Corps et qui n’est autre que l’Esprit Saint.

Je vous invite, frères et sœurs, à prendre conscience de cette proximité fraternelle qui nous unit entre nous et avec Dieu notre Père.

Comme les membres d’une même famille, prenons le temps de nous retrouver pour accueillir, partager, célébrer, faire la fête. Jésus nous aime et veux le bonheur de chacun de nous.

Dieu notre Père, nous invite à écouter Jésus, son Fils et notre frère en qui Il a mis tout son amour.

Nous aussi, nous sommes invités à être des dispensateurs d’amour pour tous.

Comme lui, sachons dresser la table. Comme lui, nouons le tablier.

Levons-nous chaque jour et servons par amour, comme lui.

Offrons le pain de sa Parole aux gens qui ont faim de bonheur.

Soyons pour eux des signes du Royaume au milieu de notre monde.

Offrons le pain de sa présence aux gens qui ont faim d’être aimés.

Soyons pour eux des signes d’espérance au milieu de notre monde.

Offrons le pain de sa présence aux gens qui ont faim d’avenir.

Soyons pour eux des signes de tendresse au milieu de notre monde.

Offrons le pain de chaque Cène aux gens qui ont faim dans le cœur.

Soyons pour eux des signes d’Evangile au milieu de notre monde.

Bonne route vers Pâques,

Amen

Guy SCHYNS, dp

Haut de Page

Méditation du 7e dimanche A : évangile selon Saint-Matthieu 5, 38-48
« Celui qui met sa gloire dans le Seigneur, ne peut pas être déshonoré ! »
Aujourd’hui, nous entendons la suite du discours du Sermon sur la montagne. Jésus enseigne l’amour des ennemis. Mais avant cela, il commence par ceci : « si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. » Pour beaucoup c’est inadmissible ! Comme si je dois tout accepter sans réagir ?
Mais ce n’est pas ce que Jésus entend par là. En effet, les Juifs ne frappaient pas avec la main ouverte, mais bien du revers de la main. Ce qui prend une tout autre signification. Il n’est plus question d’une gifle, mais bien d’un geste de la main marquant le mépris et de déshonneur. Jésus veut nous dire que si tu mets ta gloire dans le Seigneur, personne ne pourra plus te déshonorer. Jésus nous invite à inventer des solutions créatives pour surmonter le méchant. Jésus ne nous demande pas de rester passif en face du méchant, mais bien de demeurer actif et inventif en face du mauvais.
Une autre situation surprenante : « Et si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. À qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos ! » Ici encore, il convient de connaître le contexte pour comprendre l’enseignement de Jésus. En effet, les Romains avaient le droit d’obliger n’importe quel Juif à faire un kilomètre avec lui en tant que guide ou même en tant que porteur de valise. Alors, on peut facilement imaginer que les juifs ainsi forcés le faisaient souvent à contrecœur et les dents serrées ! Toutefois, si tous les deux sont volontaires d’aller un bout de chemin ensemble, et de faire deux mille pas ensemble, j’ai un temps précieux pour faire de l’ennemi, de l’inconnu, un ami, car je peux l’apprivoiser et laisser une nouvelle relation naître avec lui.
Cela s’applique aussi aux ennemis de l’amour. Pour beaucoup, il s’agit d’un défi insurmontable. Mais la bonne question est : qu’est-ce qui est le plus important : aimer l’ennemi ou bien le haïr ? Si je le déteste, c’est un combat sans fin, de l’un contre l’autre. Aimer ne signifie pas que je dois tout accepter et me laisser faire par l’autre, ni de nier ou bien de m’effacer en refusant de voir en l’autre un ennemi. Ne vaut-il pas mieux que je réfléchisse afin de comprendre à quel point il doit être méchant et cassé pour avoir besoin de me casser ainsi ? À quel point il doit-être blessé, meurtri pour devoir constamment me détruire ?
Par contre, si je choisis de voir en lui celui qui a besoin d’aide, et si je l’aime, je peux aussi l’attirer vers d’autres sentiments. Jésus nous apprend à faire ainsi. Et si nous faisons cela, nous serons comme le soleil de Dieu qui se lève sur les méchants et sur les bons.
Je vous souhaite d’accueillir le soleil de justice en vous, de laisser le soleil de Dieu descendre en nous, d’illuminer notre conscience d’être précieux aux yeux de Dieu, tout comme à nos propres yeux. Mais également de laisser le soleil illuminer le mauvais dans le cœur de l’autre dans l’espoir que le mal peut se transformer en un mieux et devenir bon.
« Alors vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait », dit encore Jésus. Souvent mal comprises, ses paroles de Jésus ne cherchent pas la perfection. Elles expriment le désir de l’épanouissement et l’unité en Dieu. Imprégné de son amour, nous devons nous y immerger tout entier, avec toute notre condition humaine aussi ambigüe soit-elle. Notre mission sera d’imprégner également la société de cet amour de Dieu pour elle. Comme Dieu est Un, ainsi notre mission de progresser sur le chemin de l’unité intérieure, de la beauté et de la paix entre les frères sera lumière de midi.
Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Chers sœurs et frères,

A nouveau aujourd’hui, la Liturgie nous propose des textes bibliques d’une grande richesse et densité.

Je vous invite avec moi à les découvrir, à en percevoir au mieux la saveur.

Dans la première lecture, Ben Sira, Juif de Jérusalem et grand connaisseur de l’Ecriture, introduit la notion de liberté.

Nous le savons, oh combien, dans notre monde contemporain la liberté est un bien précieux, et à quel point il est difficile de la conserver, si souvent au prix de nombreuses vies humaines.

Le mal est extérieur à l’homme, qui par nature est bon, car créé par Dieu.

Bonne nouvelle, car sans cela, il n’y aurait pas de salut possible.

L’homme est libre de choisir de faire le bien ou le mal. Choisir le bien, c’est choisir le bonheur.

Deux voies s’offrent à l’homme. La liberté lui est laissée de choisir, la vie ou la mort.

Si tu le veux, … tu peux … observer les commandements et y rester fidèle.

Ces commandements dont parle Ben Sira sont ces ordres, ces invitations, ces préceptes donnés par Dieu, en cadeau, pour nous aider à discerner, à choisir la bonne voie. Dieu se propose à nous aider, le voulons-nous vraiment, où estimons-nous que son aide n’est pas nécessaire ?

Mais le regard de Dieu se tourne vers ceux qui adhèrent à son message, à ses préceptes, qui le craigne.

Ici aussi, un petit complément pour bien comprendre, car malheureusement, la traduction biblique dénature, dans certains cas, le sens premier des mots choisit par l’auteur dans sa langue originale, et dans le cas présent l’hébreu.

Craindre, ne veut pas dire avoir peur de, mais vibrer du regard de Dieu, sur son œuvre créatrice, c’est à dire sur toutes les actions de l’homme vécues dans l’amour.

Dieu n’engendre pas le péché, cette rupture relationnelle avec soi, avec les autres, avec

Lui, que l’homme, la femme, en toute liberté, peut décider.

L’amour n’est autre que le maintien de ces relations. L’amour vrai veut l’être aimé libre.

Nous pouvons dire que l’homme vit en permanence à un carrefour entre deux chemins, qu’il a la liberté d’emprunter, soit l’un, soit l’autre.

Nous pourrions dire qu’il est en permanence en équilibre et que peu de choses suffisent pour le faire basculer.

Dans la deuxième lecture saint Paul, s’adressant aux habitants de Corinthe, évoque la Sagesse.

Non pas celle des hommes, qui mènent souvent notre monde à la destruction, à la provocation entre les peuples, à la corruption, à la perte pour l’homme de sa dignité. Mais à la Sagesse de Dieu, qui nous a été révélée non pas par les sens, mais par le cœur : ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas venu à l’esprit de l’homme.

Préférons-nous la voie du salut, celle qui donne joie, Lumière et Vie, qui génère l’amour et donne couleurs à notre monde, qui nous rend heureux ?

Ou au contraire préférons-nous la voie des ténèbres, celle qui donne mort et tristesse à notre vie spirituelle ?

Frères et sœurs, c’est par le don de l’Esprit-Saint, reçu à notre baptême que nous allons acquérir cette Sagesse du discernement qui nous aidera à faire ces choix permanents devant les sollicitations nombreuses que notre monde actuel nous fait subir.

L’humanité ne trouvera son bonheur qu’en la confiance en Dieu et à l’obéissance à ses préceptes, à son enseignement, qui permettra de devenir créateur, de donner vie, afin de permettre à celles et ceux que nous rencontrerons de grandir, de s’épanouir, de trouver pleinement leur place, et d’y exercer pleinement la mission qui leur a été confiée.

Cette œuvre créatrice de l’homme ne s’aura s’accomplir que par un accueil généreux, amoureux.

Oui l’homme et la femme ont un besoin d’aimer et de se savoir aimés.

L’Evangile de ce jour selon saint Matthieu insiste, dans ces premiers versets, sur la continuité et l’accomplissement que Jésus va réaliser de l’enseignement inspiré par Dieu son Père dans les écrits de la Loi, et non de les abolir.

Jésus rappelle à nouveau que c’est par une adhésion et une mise en pratique des préceptes de discernement proposés par Dieu son Père, que nous trouverons le vrai bonheur, celui qui épanouit et rend libre.

Dans la prière, nous sommes unis par l’Esprit-Saint à Dieu, à son Fils Jésus et à chacun de nous, qui ensemble formons Eglise.

C’est ce même Esprit-Saint qui a aidé Jésus au moment de sa Passion à accomplir le dessein de son Père, et c’est ce même Esprit-Saint qui nous aide à surmonter nos difficultés, à vivre pleinement à l’image du Christ.

Je termine par le verset 18 du Ps 118 (119) : Ouvre mes yeux que je contemple les merveilles de ta Loi.

Oui Seigneur, découvre nos yeux, nous sommes aveuglés, nous ne voyons pas. Fais tomber de nos yeux ce qui empêche de contempler les merveilles de ton enseignement, la beauté de ton message qui nous fait vivre et nous rend libres. Libres d’aimer en vérité. Puisse notre participation au repas eucharistique nous y aider.

Amen

Guy SCHYNS, dp

Haut de Page

Méditation du 5e dimanche A : évangile selon Saint-Matthieu 5, 13-16 ;
« Donne du goût à la Vie ! »
Sur la montagne, Jésus enseignait ses disciples et volontiers, il leur parlait du Royaume de Dieu et de sa Justice. Dans l’évangile que nous proclamons, Jésus dit : « Vous êtes le sel de la terre… ; Vous êtes la lumière du monde. » Il nous accorde sa confiance ! Cette affirmation est liée avec la prière : « que ton règne vienne » du Notre Père.
Le Royaume de Dieu vient dans le monde par notre conversion à la foi qui libère l’homme et sauve l’homme. C’est par nous que le Royaume de Dieu est visible sur la terre, parce que nous sommes le sel et la lumière de la terre.
Le sel a quatre significations : premièrement il est utilisé pour nettoyer. Dans l’atmosphère ambiante, la signification du sel est une image pour nous chrétiens qui sommes appelé à apporter de l’oxygène au monde à bout de souffle. Dans son discours aux évêques du Congo, le Pape François disait : « Merci, d’être un poumon qui donne du souffle à l’Église universelle ! ». Notre responsabilité de chrétiens dans le monde est de ne pas le souiller avec des paroles impures, mais d’annoncer la Bonne Nouvelle libératrice de la grâce !
Deuxièmement, le sel est un exhausteur de goût. Le Royaume n’est pas une vie mièvre et sans espérance. Nous ne devons pas nous montrer fatalistes, fades et sans saveur comme ceux qui sont sans espérance. Dans le monde, nous apportons un témoignage qui illumine et qui donne à l’humanité ainsi qu’à la planète toute sa beauté et son goût. Nous pouvons être le goût qu’apporte la Foi chrétienne au monde.
Troisièmement, le sel est un excellent conservateur. Il préserve les aliments de la pourriture. Notre mission est de veiller à ne pas laisser le monde pourrir autour de nous. Le sel est l’image de la sentinelle qui veille à ce que les mentalités ne pourrissent pas le milieu de vie. Dans son discours de bienvenue au Congo, le Pape François a utilisé l’image du diamant, et du diamant souillé par le sang de la population méprisée, enchaînée et tué pour des intérêts économiques, véritables prédateurs des ressources enfuies dans le sous-sol du pays. Le sel nous fait devenir plus attentif et vigilant aux appels de nos frères persécutés, humiliés, méprisés, enchaînés et tués. Il est temps d’éveiller les mentalités de notre temps, plutôt que de rechercher un confort personnel par un Vivre Ensemble.
La quatrième signification qu’a le sel, c’est de créer du lien. Nous vivons dans l’alliance. N’est-ce pas notre devoir d’être des témoins de la réconciliation et de la fraternité universelle entre les humains, plutôt que de chercher la division et la séparation entre les migrants et les autochtones par exemple…
Et, nous sommes la lumière du monde. Pour Saint-Matthieu, être la lumière du monde rend visible la manière dont nous construisons le monde. Notre manière de vivre ensemble, au travers des œuvres de miséricorde que nous pratiquons quotidiennement, illumine la conscience collective au sujet de son avenir.
Oui, Jésus nous fait confiance. Notre mission sur la terre est un devoir de ne pas minimiser l’importance de notre vie. Ne pensons pas « petit », alors que la confiance de Dieu nous révèle notre grandeur d’âme et d’être pour une action commune qui transforme déjà notre temps à l’image du Royaume à venir. Nous savons bien que nous ne sommes pas toujours du sel pour la terre. Mais au cœur de chacun de nous, se cache une belle capacité pour être le sel de la terre. Réconcilié et œuvrer aux liens entre les personnes ; amener souffle dans les lieux où l’on suffoque ; purifier les lieux pourris ; donner le goût à la Vie et rendre la vie des gens plus lumineuse.
Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Homélie du 3ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année A – Dimanche 22.01.2023 Chers sœurs et frères, En ce 3ème Dimanche du Temps Ordinaire de l’Année A, l’Eglise célèbre le « Dimanche de la Parole de Dieu ». Le 10ème verset de la première lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens, que vous venez d’entendre, nous adresse cette invitation : Frères, je vous exhorte au nom de notre Seigneur Jésus Christ : ayez tous un même langage ; qu’il n’y ait pas de division entre vous, soyez en parfaite harmonie de pensées et d’opinions. Mais quel est le message que nous adresse Jésus dans l’Evangile de ce jour, selon saint Matthieu ? Quand Jésus apprit l’arrestation de Jean le Baptiste, il se retira en Galilée. Mt 4, 12 « Se retirer », expression propre à l’évangéliste Matthieu, qui signifie, faire retraite. Oui, Jésus passera son temps à fuir, poursuivi par ses adversaires. Jésus prend acte de la décapitation de son cousin Jean le Baptiste, et nous allons le remarquer, il ne va pas abandonner la mission, bien au contraire, il va rejoindre la Galilée pour crier haut et fort l’existence et le message du Royaume de Dieu. Le risque est connu, Jésus finira sa vie, non pas décapité, mais crucifié sur le bois de la croix. Il quitta Nazareth et vint habiter à Capharnaüm, ville située au bord de la mer de Galilée … Mt 4, 13 Jésus va changer de lieu de manière radicale, Il quittera le petit village de Nazareth, minuscule bourgade cachée dans les collines, pour habiter une ville en avant plan, Capharnaüm, implantée en Galilée. Lieu de passage, de brassage de populations diverses où se mélangeaient de nombreuses races, passage des caravanes, carrefour des païens. Ce choix fait par Jésus à une signification, il vient rejoindre. Jésus va au-devant des femmes et des hommes les plus éloignés de Dieu. Jésus entame ici sa prédication en ce lieu ouvert à toutes les influences païennes, suspectée des milieux juifs dirigeants, méprisées. Mais, soeurs et frères, qu’en est-il de notre Eglise humaine contemporaine ? Comment nous comportons-nous vis-à-vis de nombreuses Communautés d’origine étrangère, bien présentes dans notre diocèse et ailleurs, et même ici, proches de nous ? Allons-nous comme Jésus, à leur rencontre, ou préférons-nous fuir, ne pas voir ? Ai-je cette force de regarder l’autre, le différent de moi, de l’approcher, de vouloir entrer en contact avec lui, de l’illuminer de cette Lumière de l’Amour divin ? Le choix de Jésus de vouloir quitter son village de Nazareth, pour rejoindre un milieu inconnu, hostile, n’est pas facile. Était-il seul pour prendre cette décision ? Dieu son Père, Notre Père, l’a-t-il aidé ? Et nous, face aux difficultés de nos choix, persévérons-nous à agir seul, conscient de nos limites humaines, ou nous abandonnons-nous en Dieu, lui demandant dans la prière, la force de l’Esprit Saint ? À partir de ce moment, Jésus commença à proclamer : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. Mt 4, 17 Le Seigneur nous invite au changement pour prendre conscience de la présence, dès ici-bas, du Royaume de Dieu. De cette présence de Dieu au travers de celles et de ceux que nous rencontrons. Le Seigneur nous invite à changer de regard, d’attitudes, à abandonner nos préjugés, pour nous focaliser sur le rayon lumineux du Christ, l’Amour pour tous, sans condition. Ne soyons pas des égocentriques, repliés sur nous-mêmes, vivant en vase clos, mais ayons l’audace de l’ouverture, du déplacement vers les autres, les différents de soi. Ne suis-je pas invité à faire un bout de chemin avec mon prochain, avec celui qui vit en humanité avec moi, invité à le découvrir, à me laisser élever et grandir par lui, dans un amour donné et partagé.

Haut de Page

Méditation du 2e dimanche A : évangile selon Saint-Jean 1, 29-34
« Voici l’Agneau de Dieu ! »
Aujourd’hui, dans l’évangile, Jean-Baptiste rencontre Jésus et le désigne pour ses disciples, comme l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde. À chaque messe, juste avant de recevoir la Communion, nous répétons ces mêmes paroles. Par ces paroles, Jean-Baptiste se réfère aux paroles du livre de l’Exode, ou le Seigneur manifeste à Moïse sa toute-puissance, car Il est le miséricordieux. Il a vu et entendu la misère de son peuple sous les coups de ses chefs de corvée en Égypte. C’est l’identité du Dieu d’Abraham et la vocation de Moïse à mener son peuple hors d’Égypte vers la Terre promise qui est alors révélée. Dieu descend pour porter le péché du monde dehors. Il n’est pas descendu du ciel pour charger le peuple de ses péchés, mais bien pour soulever et emporter, ôter, faire disparaître le péché du monde.
Ce Dieu qui ôte et fait disparaître le péché du monde est rendu visible en Jésus. Souvent influencés par des courants de spiritualités jansénistes, véhiculant les idées d’expiations ou bien de sacrifices offerts à Dieu pour les péchés, des chrétiens déforment la Bonne Nouvelle de l’évangile. Pour Saint-Jean, Jésus en venant dans le monde nous libère des péchés et les prenant sur lui, Il redresse l’humain. « L’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde », par cette formule est visé l’ensemble des péchés du monde dans toute leur étendue et toutes leurs implications. Dans les évangiles, Jésus ne nous accable pas ; Il ne nous accuse pas ; Il ne nous charge pas ; Il ne nous diminue pas. Sa personne et son message annoncent la libération, la guérison et le salut du monde.
À ces paroles de Jean Le baptiste, nous répondons par la profession de foi du centurion romain à Capharnaüm : « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri ». C’est la promesse que l’Agneau de Dieu libère de toutes nos culpabilités et qu’Il guérit notre âme.
À chacune de nos eucharisties, nous revivons cet Évangile. Ainsi, je vous souhaite, qu’avant chaque communion, quelque chose en vous de neufs puisse surgir pour que ces merveilleuses images de l’agneau et des noces nous révèlent les mystères de notre libération, de la venue de Dieu chez nous et de notre relèvement, guéri de tout ce qui nous accable et nous retiennent dans la joie de connaître le Bien-Aimé.
Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Baptême du Seigneur A : évangile selon saint Matthieu 3, 13-17
« Tu es devenu enfant de Dieu ! »
La fête du baptême de Jésus nous rappelle notre propre baptême. Comment vivre du baptême aujourd’hui ? Lors du baptême, Dieu nous a dit : « Tu es mon fils bien-aimé, tu es ma fille bien-aimée, en toi j’ai mis tout mon amour ». Ils sont nombreux les titres d’ouvrages : « De la survie à la vie ». Christelle Arsiel, kinésiologue/énergéticienne, éveilleuse de conscience, décrit le fait que de nombreux enfants sont conditionnés et n’ont comme raison d’être : « Tu peux être si tu fais quelque chose, si tu as du succès, si tu es sage, si tu es facile à soigner ». Lorsque les enfants font l’expérience d’une telle raison d’être conditionnée, ils développent des stratégies de survie. Ils essaient d’être le plus performants possible afin d’être vus et acceptés. Ils ne disent jamais ce qu’ils pensent, s’adaptent toujours aux autres pour être appréciés partout. Mais ce n’est pas une vraie vie, c’est juste une survie. Vivre pleinement et vraiment implique le droit d’exister sans condition aucune, ainsi qu’une acceptation inconditionnelle de mon existence par autrui.
Lorsque nous faisons mémoire de notre propre baptême, nous devrions toujours nous rappeler cette phrase : Je suis aimé inconditionnellement ! Je ne dois pas acquérir, ni prouver, mon acceptation de moi-même par une quelconque stratégie. Nous sommes acceptés et aimés de Dieu sans condition et nous devrions nous accepter nous-mêmes pareillement. Certains ne peuvent s’accepter eux-mêmes que s’ils satisfont aux hautes idées qu’ils ont d’eux-mêmes. Nous pensons que nous devons toujours être parfaits, toujours réussir, toujours être joyeux, toujours être cool. En face de ces idées, notre âme se rebelle nous ne pouvons pas trouver la paix intérieure. Sii nous gardons à l’esprit : Je m’accepte tel que je suis ! Et Dieu m’accepte tel que je suis, alors vous vivons en paix et nous unifions la vie.
Nous pensons souvent que les autres ne nous acceptent que si nous sommes particulièrement bons, performants ou faciles et gentil. En fait, nous projetons nos propres conditions d’existence sur les autres. Ou bien, nous nous préoccupons de ce que les autres pensent de nous. Là aussi, nous imaginons comment les autres nous acceptent.
Nous sommes invité à entrer dans une démarche d’acceptation, qui est une étape indispensable dans tout changement en profondeur. La croissance personnelle fait profondément partie de ma Vie pour m’accomplir dans ma véritable forme achevée, dans la paix intérieure et dans l’Amour. Seul ce que j’ai accepté peut-être transformé. Seul ce que j’accepte sans condition et que j’entretiens avec amour peut croître.
Je vous souhaite donc une semaine bénie, au cours de laquelle, lorsque vous avez du mal à vous accepter ou que vous doutez que les autres vous acceptent tels que vous êtes, vous vous répétez sans cesse : « Je suis aimé inconditionnellement de Dieu. Je m’aime tel que je suis. Et je peux me présenter aux autres tel que je suis ». En même temps, cultiver l’espoir de grandir toujours plus dans la véritable forme achevée de soi et chercher à être une bénédiction pour les autres.
Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Méditation Épiphanie du Seigneur : évangile selon Saint-Matthieu 2, 1-2
 « LES IMAGES D’ÉPIPHANIE COMME UNE ÉCOLE DE LA PRIÈRE ».
Sur les anciennes routes de pèlerinage d’Europe, on rencontre régulièrement des auberges aux noms très évocateurs : « Aux trois rois » ou bien « À la Couronne ». Cela montre à quel point les trois Rois Mages sont, à juste titre, des archétypes du pèlerin, des archétypes de l’être humain. Comme un pèlerinage vient enseigner sur toute une vie, la vie elle-même est un pèlerinage. Mais qu’est-ce que le pèlerinage ? Le pèlerinage est une manière de devenir orant. L’Épiphanie, une école de la prière ?
Au commencement, il y a un départ. Celui qui part en pèlerinage emballe son baluchon et rompt avec son foyer. Un événement, une expérience douloureuse qui nous a brisés, secoués, rendus malheureux est généralement le déclencheur d’un pèlerinage. Une maladie, une rencontre, une inquiétude, une expérience de bonheur ou d’amour, ou une question comme la question des Mages : « À quoi sert suivre l’étoile ? » Pour le pèlerin, il commence par se mettre en marche. À l’école de la prière, c’est le cœur qui doit sortir de la conscience de soi ; il lui faut faire un déplacement. Ensuite, s’il s’agit d’une randonnée en montagne, l’effort deviendra en altitude un sacrifice de soi. À l’école de la prière, ce n’est pas différent. Les montagnes oxygènent et purifient l’organisme humain. Le temps passé en prière fait de même. Les périodes rudes, désertiques et de soif mettent à l’épreuve l’endurance, l’espoir et la fidélité.
Ainsi, la prière me donne progressivement une nouvelle perspective, elle me permet de voir les choses sous un jour nouveau, elle est une longue-vue, un regard de Dieu et avec Dieu de l’existence.
Enfin, le pèlerin arrive au lieu saint. Mais en chemin, il y a eu beaucoup et souvent un lieu saint ! Oui, peut-être un lieu insignifiant, une petite expérience, une intuition soudaine, autant de points lumineux du voyage. Nous ne pouvons pas fixer la graduation et la valeur de la prière sur notre vie extérieure. L’étoile intérieure peut s’arrêter et briller à nouveau, n’importe où et n’importe quand. Saurons-nous la suivre ?
Connaissez-vous la légende du 4e roi ? Quand les trois rois Mages sont arrivés la crèche, voici ce qui s’est passé. Le plus jeune roi est entré le premier. Il a trouvé l’enfant à l’âge d’un jeune homme. Lorsque le second roi voulant le relayer entre, il voit l’enfant dans son âge mûr. Désemparé, il se dépêche pour que le vieil homme lui rendre visite. Entré dans la crèche, il découvre que l’enfant était un vieillard.
Que s’est-il passé ? Tous les trois se sont vus réfléchis. Ils se sont vus et ont reconnu leur vie dans la crèche.
Cette expérience existentielle est possible par la prière, vraie matrice de la vie en croissance. Je me connais en vérité, lorsque je choisis de naître à moi-même, non pas pour voir un Dieu, mais pour être vu, pour être cru, pour être unifié, comme radiographier par mon Sauveur et mon Dieu !
La légende continue. Alors, ils décident d’entrer ensemble dans la crèche. Voici qu’ils voient l’enfant comme un nouveau-né, plein de promesses, lumineux, angélique comme les bébés peuvent l’être.
Le splendide tableau de Giovanni Battista Tiepolo (1696-1770), https://www.youtube.com/watch?v=Bj9hZ6ziaB0 conservé à la Pinakothek de Munich présente ceux que l’évangéliste Matthieu désigne comme des « mages », des savants, par la tradition comme des « rois ». Dans ce tableau, au centre une question naît : « mais qu’est-ce qu’ils se racontent ? » Entre l’enfant et le visage du vieux, quelle lumière ! Un dialogue de la plus haute intimité avec Dieu.
Ils ont beau avoir toute la richesse du monde, cadeaux qu’ils ont apportés et qui retombent sur eux-mêmes à travers le regard de l’enfant. Ce regard lumineux et aimant du nouveau-né rend l’or au roi marqué par la vie, donne la myrrhe comme remède pour nos blessures et transforme nos souffrances en flammes d’amour.
Ainsi, celui qui prie reçoit finalement l’étincelle divine, celle de la vie éternelle. Placée dans le cœur, elle guide nos passages jusqu’au Grand-Passage. La crèche est alors un reflet du corps humain, comme le temple de Dieu lui-même. Chaque temps de prière ressemble au pèlerin qui arrive. Chacun des rituels de la prière est la cène de l’Épiphanie de notre dignité, de nos blessures de la vie et de l’Amour, de notre ressemblance avec Dieu. C’est le don de l’Enfant qui prend la forme de nos années et consent à notre Vie.
Votre curé Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Chaque 1re janvier, l’Église célèbre Sainte-Marie, Mère de Dieu. Étrange, le lien entre le commencement d’une nouvelle année et la mère qui met au monde son premier né ! Pourtant, n’est-ce pas une belle image pour signifier un nouveau commencement ? Au départ d’une nouvelle année, nous restons souvent songeurs et remplis de questions : qu’est-ce qui va m’arriver ? Que sera cette nouvelle année ; par où ira le chemin de mon existence ? Qui vais-je rencontrer sur ma route vers le bonheur et la Paix ?
Je vous souhaite à tous de bonnes résolutions et une nouvelle 2023 année bénie !
Pour terminer l’ancienne année et commencer la nouvelle année, je vous invite à un rituel qui peut faire du bien. La porte de l’ancienne année doit être fermée pour que nous puissions bien commencer la nouvelle année. Pour moi, c’est un rituel qui appartient au réveillon du Nouvel An ! Je prends deux à trois heures seul pour moi. Je feuillette le calendrier de l’année écoulée et je regarde avec gratitude tout ce qui s’est passé au cours des 12 derniers mois, toutes les belles choses que j’ai pu vivre, mais aussi les expériences douloureuses comme la maladie, l’hospitalisation. Regardant tout ce qui est passé avec les lunettes de gratitude, je ressens que je ne marche pas seul. Dieu est avec moi et transforme tout en bénédictions, le beau comme le douloureux. Alors, je remets l’année écoulée entre les mains de Dieu et de Marie.
Ensuite, je regarde le calendrier de la nouvelle année 2023. Je demande à Dieu sa bénédiction pour tout ce qui est attendu de moi. Que Dieu me bénisse et qu’Il bénisse les gens avec qui je vis et que je rencontrerai cette année. Ainsi, au commencement de la nouvelle année, c’est comme être dans un nouveau champ des possibles pour soi. Avant de semer, le paysan ne commence t-il pas par préparer sa terre, la ratisser et l’égaliser pour qu’elle reçoive sa semence et porte le véritable fruit espéré ?
Je vous souhaite une année pleine d’espoir et bénie, que vous soyez une bénédiction pour les gens que vous rencontrez et avec qui vous vivez cette année.
Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Noël 2022 : évangile selon saint Luc 2, 1-20 ;
« Découvre l’enfant divin qui est en toi ! »
En ce jour de Noël, je vous souhaite une joyeuse fête de la Paix et de la solidarité ; que la grâce de la naissance de l’enfant Jésus vienne en vous et y demeure toujours !
La nuit de Noël est une nuit mystérieuse. L’Église célèbre la naissance de Jésus à Bethléem. Mais nous fêtons également la naissance de l’enfant Jésus dans notre propre cœur. Un mystique allemand du 17e s, Angélus Silesius disait : « Christ serait-il né mille fois à Bethléem, s’il ne naît pas en toi, c’est en vain qu’il est né ».
Qu’est-ce que cela pourrait bien signifier pour moi, que Dieu veut naître en toi ? Comment se représenter cette naissance ? C’est d’abord un langage imagé qui par la force de l’image, nous fait sentir le mystère de notre réalité invisible et du sens qu’a notre existence.
Accueillir et affirmer la naissance de Dieu en soi, cela veut d’abord dire que je me connecte à cette image, la plus unique, que Dieu s’est faite de moi ! Dans mon âme, au plus profond de mon être, je ne me heurte pas seulement à l’histoire de ma vie, ou à l’héritage qui m’a conditionné, celui de mes parents, d’une éducation… Au fond de mon âme, c’est à-Dieu lui-même que je me connecte, dans l’immédiateté de Dieu. Et que dit Dieu alors ? Il donne naissance à l’enfant ; alors, je peux le connaître !
La naissance de Dieu en soi, cela signifie ensuite que je peux recommencer à zéro. Je ne suis pas le fruit du hasard, ni du destin tragique de l’existence. Mon histoire ne se réduit pas aux conflits passés, aux échecs, aux trahisons et abandons passés. Noël aujourd’hui est la fête d’un nouveau commencement, parce que c’est comme cela que nous marchons : nous allons de commencement en commencement ! Parce que Noël est la fête où l’enfant intérieur peut vivre et manifesté sa pureté, son innocence sa spontanniété, sa vérité, sa joie.
Les représentations de Marie tenant l’enfant dans ses bras sont innombrables. Ainsi, lors de la fuite vers l’Egypte, elle protège et sécurise l’enfant. De même, à Noël ne sommes-nous pas invité à embrasser l’enfant perdu en nous ? Je vous invite à vous tourner et à embrasser avec douceur et tendresse l’enfant intérieur en vous qui malgré l’enfant délaissé, l’enfant indigent, l’enfant insécurisé, l’enfant abandonné, l’enfant brutalisé découvre sa beauté et toute sa force de vie nouvelle. Avec Marie et Joseph et Jésus, il nous faut aujourd’hui, découvrir l’Enfant divin en nous. Je vous souhaite de vivre cette expérience d’être réconcilier tout entier dans la crèche intérieure de l’âme, là où nous sommes guéris et entiers, où tout renaît de l’Esprit-Saint, où nous sommes dans la paix et dans l’amour.
L’enfant divin, l’enfant qui est plein d’amour est la promesse de Dieu faite à chacun.e de nous. Malgré tout les soucis et tracas, tournes-toi et écoute le chant intérieur de ton âme, cette crèche intérieure où se trouve l’Enfant divin qui vient remplir ta vie de lumière, de paix, de joie, d’amour, de chaleur.
Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Méditation du 4 Avent A : évangile selon Saint-Matthieu 1, 18-24
« Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »
Le 4e dimanche de l’Avent, ce sont Marie et Joseph qui nous préparent à la naissance de Jésus. Aujourd’hui, avec Saint-Matthieu, nous proclamons l’annonciation de l’ange Gabriel à Joseph, contrairement à l’évangile de Saint-Luc pour qui l’annonciation de l’ange Gabriel s’adresse d’abord à Marie.
Joseph ne sait plus où il en est : sa fiancée est enceinte, il projette de la renvoyer en secret pour éviter tout scandale. Voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui explique ce qui s’est passé. L’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit-Saint. Jésus, c’est lui qui sauvera son peuple, qui le libèrera et qui aura un impact sur le peuple tout entier ! Ainsi, l’ange du Seigneur transforme non seulement le regard de Joseph, mais aussi son agir essentiel. Alors Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.
Sommes-nous prêts à accueillir les deux messages à propos de l’Enfant Jésus qui va naître dans notre propre existence ? L’enfant qui va naître sauvera, libérera et protégera son peuple ! Et son nom sera Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».
Voilà ce que nous allons bientôt célébrer à Noël ! Dieu est avec nous, Il est descendu jusqu’à nous, Il vient chez nous et Il demeure parmi nous. Il est le Dieu pour nous sauver !
Au début de l’évangile de Matthieu, il y a cette affirmation que Dieu est avec nous. La fin du livre se termine, après le récit de la résurrection, par l’affirmation : « Je suis avec vous tous les jours de votre vie ».
Alors, nous pouvons mieux comprendre que Noël, c’est bien ceci : depuis la naissance, jusqu’à la mort, Jésus est avec nous. Il est parmi nous, et Dieu connaît tous nos chemins puisqu’Il est avec nous jusqu’à la fin des temps. Dieu s’est fait homme afin que jamais nous ne soyons séparés de lui, mais que nous allions à travers notre humanité en sa compagnie.
Ainsi, s’il est Dieu avec nous, il nous sauve et nous libère de nos peurs et de nos soucis pour nous révéler notre beauté, notre vérité, notre unité, notre dignité profonde.
Je vous souhaite d’allumer la quatrième bougie de la couronne d’Avent. Elle nous renvoie au chiffre symbolique de la terre ; que notre quotidien soit éclairé et transformé, car Dieu est avec nous.
Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Méditation du 3e dimanche de l’Avent A : évangile selon saint-Matthieu, 3, 1-12
« Réjouis-toi, le Seigneur vient ! »
Aujourd’hui, Jean le Baptiste est à nouveau la figure centrale, mais avec une tout autre saveur : celle de la joie ! En effet, le troisième dimanche de l’Avent est appelé « le dimanche de la joie ». Oui, Réjouissez-vous, le Seigneur est tout proche !
Depuis sa prison, Jean Baptiste envoi ses disciples à Jésus pour lui demander : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Alors Jésus les invite à rapporter à Jean ce qu’ils voient et entendent : « que les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle. » C’est la raison profonde de la joie et des réjouissances.
Nous faisons cette expérience intérieure de la joie, lorsque le Seigneur vient chez nous. Nous trouvons alors le courage de regarder nos propres fautes et erreurs, et acceptons de ne plus fermer les yeux sur nous-mêmes ; parce que nous savons que toute notre réalité humaine est traversée par l’amour de Dieu. Nous n’avons pas besoin d’avoir peur, ni de fermer les yeux sur nos pauvretés en présence de Dieu et du prochain. La venue de Jésus, nous guéri de la peur qui nous paralyse, nous aveugle et nous bloque intérieurement. Là où nous nous sentons sales, coupables, honteux, Jésus veut éclairer et purifier notre marche. Jésus vient nous aimer et transformer ce qui est mort en nous, en joie de Vivre plus fort.
En cette période de l’Avent, il ne s’agit pas de fermer les yeux sur la réalité de notre monde, ni sur la détresse des Ukrainiens frappés par la guerre, ni sur la pauvreté de personnes au cœur de notre société, ni sur la peur de nombreuses personnes face à ce qui les attend. Les yeux ouverts, nous voyons la réalité de notre monde. Et pourtant, nous essayons de croire qu’un amour plus fort que la réalité oppressante nous entoure. Cet amour, nous pouvons l’entrevoir en pensant à Jésus qui vient à nous dans la pauvreté d’une crèche et qui, sur la croix, nous a aimés jusqu’au bout.
Je vous souhaite donc, en ce temps de l’Avent, de ne pas vous laisser contaminer par l’agitation extérieure, ni par les angoisses que vous rencontrez autour de vous, mais de vous savoir entourés de l’amour de Jésus.
Votre curé, Joseph SCHMETZ
 
 
Méditation du 2e dimanche de l’Avent A : évangile selon Saint-Matthieu 3, 1-12
« Dieu veut venir chez nous ».
Chaque année, la figure de Jean le baptiste illumine notre marche de l’Avent. Saint-Matthieu nous donne la signification de sa prédication. Jean Baptiste est le prédicateur de la conversion : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. » L’appel à la conversion est aussi un appel à penser autrement l’existence humaine, la vie du monde. De la manière dont nous pensons notre vie, vont dépendre notre manière d’agir envers nous-mêmes, ainsi qu’envers les autres. L’Église et le monde dépendent de la perception que nous en avons ; et cela peut changer… Se convertir, c’est penser notre vie comme Dieu l’a voulue.
La prédication au désert de Jean-Baptiste à l’attention des pharisiens et des sadducéens qui se présente à son baptême n’est pas tendre : « Engeance de vipères ! » Ces paroles radicales font peur par leur violence et leurs côtés percutants.
N’est-ce pas ce que nous expérimentons, lorsque notre propre cœur est endurci et que nous sommes blindés, n’avons-nous pas également besoin d’être secoués par des paroles fortes qui viennent nous réveiller, raviver notre conscience et nous arracher à l’indifférence ? Se convertir, c’est vivre notre vie comme Dieu l’a voulue.
Jean-Baptiste qui vit au désert. Sa prédication est porteuse d’une annonce, d’une promesse qui est toujours d’une brûlante actualité : un baptême dans l’Esprit-Saint et le feu. Dieu Lui-même va venir et Il préparera nos chemins. C’est également le sens de notre démarche en Avent. Nous préparer pour recevoir chez nous, Dieu lui-même. Ainsi si nous préparons les chemins pour Dieu, nous serons mieux disposés pour arriver chez nous. Et si Dieu vient à nous alors nous pouvons mieux arriver à nous connaître personnellement. Nous sommes alors chez nous. Il nous faut bien reconnaitre que nous sommes si souvent absents de nous-mêmes. Nous courons partout, très préoccupés des messageries électroniques, occupé à surfer et comme Jean le dit aussi : nous courons dans tous les sens et pensons que nous sommes suffisamment éveillés. Si seulement, nous laisserions plus souvent du temps à écouter la voie du désir qui veut nous sauver des illusions et des fausses spiritualités…
La conversion est une expérience existentielle, d’être chez soi et de boire à la source intérieure de la Vie que Dieu a fait jaillir en nous, d’éveiller sa conscience. Vivre pleinement le moment présent et faire l’expérience de Dieu dans ma vie. La promesse que le Royaume de Dieu est tout proche se réalise alors, puisque nous sommes dans ce lieu sein et sacré de l’être vivant où nous sommes libres de toutes les influences, modes et autres séductions qui nous retiennent captives.
Je vous souhaite d’aller vers le désert intérieur pour chercher à entendre la voie de Dieu qui vient vous murmurer au cœur ; « tu es mon enfant bien-aimé ; en toi j’ai mis toute ma vie ».
Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page

Méditation du 1er Dimanche de l’Avent A : Évangile selon Saint Matthieu 24, 37-44
« Le temps de l’Avent, le temps où nous sommes transformés, où nous devenons libres ».
En ce premier dimanche de l’Avent, nous entendons une prédication de Jésus sur la fin des temps. Ces paroles peuvent nous apparaître terrifiantes : « les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis ». Si certains ont utilisé ces paroles pour fixer la date de la fin du monde, la fin du monde, souvent présentée de manière apocalyptique, est plus proche de nous, lorsqu’il s’agit d’accueillir notre propre mort.
L’expérience du Grand-passage est semblable au récit de l’évangile de Matthieu. Pour nous aussi, juste avant de mourir, la lumière de notre conscience devient une nuit profonde sur nos certitudes, tout semblera dispersé et chaotique, c’est apocalyptique d’envisager de partir ! Encore plus fort, lorsqu’on est dénoncé par ses proches pour être arrêté, mis en prison et mis à mort, comme les chrétiens persécutés de tous les temps… Mais la mort est aussi le lieu de la vie nouvelle et d’une renaissance.
Jésus nous apprend comment rester vigilant, les yeux fixer sur lui. Il vient nous sauver, Il est parmi nous, Il vient en nous ; ainsi lorsqu’arrivera la fin du monde pour nous, il viendra dans son Royaume, nous prendre dans ses mains, dans son Amour, comme une accoucheuse reçoit un nouveau-né dans ses mains.
Le message est une invitation à la vigilance : « Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. » Être prêt et vigilant signifie pour nous, pas uniquement au temps de la mort, mais dès maintenant de me vivre libre. En m’ouvrir à sa venue en moi, en laissant Jésus venir en moi, je vis la fin d’un monde qui ne pourra plus avoir de l’emprise sur moi. Les exigences et toutes les revendications du monde arrivent alors à une fin. Le monde n’aura plus le pouvoir tyrannique de séduction, de provocation, d’agressivité sur moi-même. Je ne le laisserais plus me dominer ni influencer dans mes choix personnels. Rester éveillé et vigilant, c’est être libre.
Le temps de l’Avent veut nous introduire dans cette expérience de la vigilance intérieure, que vienne la fin des apparences et des gloires scintillantes d’un jour qui assombrissent notre cœur, pour laisser une aurore nouvelle dans notre vie.
En ce début de l’Avent, Mgr Delville nous écrit une lettre pastorale intitulée : « Élargissons l’espace de notre tente ». Tel est aussi le titre de la synthèse mondiale de la démarche synodale. Notre évêque nous invite à la lire, à nous en inspirer pour en parler en petits groupes dans vos communautés, paroisses ou en famille pendant ce temps de l’Avent.
Je vous souhaite le courage d’entrer en Avent en faisant l’expérience de la rencontre de Jésus qui veut guérir et sauver notre vie. Il vient transformer notre vie pour nous donner sa liberté et son Amour.
Votre curé, Joseph SCHMETZ

Haut de Page